g a l e r i e / g a l l e r y       l i b r a i r i e / b o o k s       p a n i e r / b a s k e t       c o n t a c t
 
Gianni Bertini à Bruxelles en 1963.

Exposition de Gianni Bertini à Bruxelles en 1963.
Gianni Bertini à Bruxelles en 1963.

Exposition en Mai 1963 au Palais des Beaux Arts de Bruxelles.
Spécial Gianni BERTINI    (Italie, Pise 1922 - France, Caen 2010)

Artiste italien dont l'oeuvre s'est principalement accomplie en France, Gianni BERTINI, doté des vertus de l'imagination et de l'action, a largement participé au développement de l'avant-garde multiforme des années 50-60. D'abord figuratif expressionniste, inventeur, dès 1947, d'une peinture emblématique qui annonçait avec dix ans d'avance les cibles et les numérations de Jasper JOHNS, créateur en 1951 du Mouvement Nucléaire qui vit le jour dans une cave à jazz de Milan, il fut bien souvent un précurseur, jamais avare de ses idées, toujours frondeur et impétueux.
Dès son arrivée à Paris en 1952, il est reconnu comme l'un des meilleurs peintres de l'abstraction gestuelle, il fréquente les poètes, réalise des illustrations pour leurs livres et ouvre son atelier à tous ceux, critiques et peintres, qui sont prêt à le suivre dans des projets déraisonnables relevant autant du happening que du canular. Ses contacts répétés avec le monde des écrivains et de la poésie expérimentale et visuelle le conduiront à éditer des revues (Mec, Lotta Poetica, Efolo), à être le protagoniste d'évènements éphèmères (strip-tease poétique, 1960), à imaginer des décors pour des spectacles conçus par ses amis (Limbo, 1961 ; Les Aventures de Télémaque, 1963).
Loin de conduire à l'informel, sa période gestuelle préfigure un art branché sur les rythmes du monde mécanique, générateur de chocs et de collisions, imposant sa présence physique à la façon d'un bolide en action. A partir de 1960, des caractères typographiques, des collages de journaux, des photos de presse viennent enrichir sa calligraphie gestuelle. Ces peintures-collages vont rapidement orienter BERTINI vers l'optique appropriative du Nouveau Réalisme.
Dés 1962, il intervient directement sur les emblèmes nationaux, sur les titres d'état civil auquels il impose sa marque avec superbe. Devenue la caractéristique de sa signature gestuelle, la "bertinisation" est en fait un acte qui prend la dimension d'un manifeste, un acte libre d'existence permettant à l'artiste d'assumer des positions extrèmes du point de vue mental.

Andy Warhol

Première exposition « Le pays réel » à Paris en janvier 1962.
James ROSENQUIST.

Manifeste de protestation pour Bertini.

En 1964, l'utilisation de la toile sensibilisée, qui annonce et cautionne le Mec-Art (mouvement formé et défendu par Pierre Restany), va conduire BERTINI vers l'élaboration d'une image de synthèse, où le constat narratif dialogue avec les rythmes gestuels. Les références mécaniques, les thèmes de la pin-up et du sport vont se mêler aux assauts d'une peinture abstraite violente et corrosive, selon une méthode qui sauvegarde à la fois l'intensité du contenu et la puissance personnelle de l'artiste.
Devenu la figure de prou non d'une nouvelle figuration mais d'un art autre, portant fortement la marque du siècle, BERTINI va exposer avec les tenants de la Figuration Narrative défendus par G. Gassiot-Talabot, jeter le désarroi au Salon de Mai en y envoyant une toile ornée d'une photo de sa propre nuditité, participer à l'aventure des multiples par des tableaux imprimables sur plastique et utiliser ses agendas pour définir un art sociologique auquel il refusera, la mode aidant, son engagement bien qu'il soit l'un des fondateurs du genre.
Inclassable par son aptitude aux remises en cause stylistiques, insoumis par tempérament, BERTINI va brutalement opérer un retour inventif vers la peinture cultivée. Puisant ses sources du côté de la Renaissance, il réalise une série de toiles ("Abbaco") qui anticipent les recherches menées par les nouveaux métaphysiciens post-modernes. En 1982, sentant se refermer sur lui l'étau d'une incompréhension généralisée, il repart vers un travail de synthèse, renoue avec les thèmes qui lui sont familiers et décide malicieusement d'adhérer à l'art de citation en usage : il cite et recite BERTINI.
BERTINI qui nous a donné cette réflexion lapidaire sur la finalité de l'art : "La peinture est certainement destinée à être accrochée à un clou. Je destine donc mes tableaux aux propriétaires de clous", a prévu différents moments de l'iconographie contemporaine, à l'élaboration desquels il a largement participé. Bien qu'il soit animé du bonheur d'inventer, ses ruptures, ses changements de cap n'ont jamais correspondu à une "néantisation" des étapes précédentes mais à un enchainement dialectique très serré qui demeure caractéristique de sa vision autant que de son jugement.

(Texte de présentation de la rétrospective BERTINI en octobre 1984 au Centre National des Arts Plastiques).

Gianni Bertini

Tirage argentique de l'oeuvre «L'amour de Perséphone» (1960).
Gianni Bertini «P.O. Et Callipyge» (1962)

Tirage argentique de l'oeuvre «P.O. Et Callipyge» (1962).

[...] Quel que soit le contexte particulier de chaque oeuvre, le climat lyrique de la narration est indiscutablement celui de l'épopée. BERTINI, ce néo-classique de l'abstrait, nourri aux sources-mêmes de la culture humaniste, a assigné ce cadre virgilien à son imagination. [...] Pierre Restany (Extrait 1957)

[...] Une peinture comme celle de BERTINI est d'inspiration nettement dyonisiaque : on la placera sous l'invocation de Zarathoustra le Danseur. Un dithyrambe visuel : elle l'est par ses excès, son impatience des limites. Elle instaure le désordre comme un défi, elle est irruption d'une liberté humaine, proche encore de ses sources obscures, dans le coeur même de la nécessité naturelle qu'elle boulverse.
Elle est jeu, aussi. Jeu sans morale, jeu luxueux, aristocratique... [...] Jean-Clarence Lambert (Extrait 1962)

[...] BERTINI demeure, pour sa plus grande gloire, un inclassable. Sa période gestuelle nous apparaît aujourd'hui d'une vigeur incroyable ; loin de conduire à l'informel, elle préfigure un art branché sur les rythmes du monde mécanique, sur une violence à la fois intériorisée et objectivée. [...] G. Gassiot-Talabot (Extrait 1978)

 
 
galerie librairie informations achats contact
En utilisant ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales de vente
Copyright © 2010-2015 Frederic Dorbes - TOBEART Tous droits réservés.